fiche

cotation T3
départ 9 h 15
durée 9 h
distance 15.2 km
dénivelé +1257 m / -1257 m

météo

5 / 14 °C

brouillard, éclaircies, cumulus sur les reliefs, vent faible

Sentier-balcon

J'arrivai aux lacs des Chéserys après une montée soutenue et une traversée à flanc de montagne. Je quittai le sentier principal dans le but de découvrir les différents lacs nichés aux pieds des Aiguilles Rouges. Je me trouvai sur un balcon tourné vers le massif du Mont-Blanc. La vue était bouchée par les cumulus, mais dans le mouvement continu des nuages je pus distinguer de temps à autre une aiguille, une arête ou encore le détail d'un sérac.

Je continuai par des escaliers en rondins, puis un passage équipé d'échelles et voilà que je débouchai au lac Blanc et son refuge. "Euh mais nan ! R’garde voir aller toutes ces baskets de ville qui traînent leurs pattes par ici", me dis-je. Les touristes grouillaient sur la terrasse du refuge et sur les rives du lac. Je me décidai de continuer à prendre de l’altitude dans l’espérance d’être un peu plus isolé au lac de la Désespérance.
Je m’engageai sur un sentier pierreux balisé par quelques marques de peinture jaune et je finis par arriver sur une croupe d’où je dominai le lac niché dans une cuvette. C’était calme, seuls un vieil homme et un couple italien observaient un jeune bouquetin. Il était paisible et tranquille, notre présence ne semblait pas le déranger. Nous restâmes assis à l’observer et, ô la grande fatigue ! Ses paupière lourdes, il finit par s’allonger et tomber dans les bras de Morphée.

lac-desesperence-bouquetin-01 ISO 400 17-55mm ƒ/9 1/1000
WGS 84 (latitude/longitude) 45°59'16.330"N 6°53'22.765"E

Un jeune bouquetin

lac-desesperence-bouquetin-02 ISO 400 17-55mm ƒ/9 1/800
WGS 84 (latitude/longitude) 45°59'16.330"N 6°53'22.765"E

La tête lourde,

lac-desesperence-bouquetin-03 ISO 400 17-55mm ƒ/9 1/1600
WGS 84 (latitude/longitude) 45°59'16.330"N 6°53'22.765"E

il finit par s'endormir.

Bivouac aux lacs des Chéserys

Quelques jours après ma première visite sur ce balcon tourné vers le massif du Mont-Blanc, je me décidai à y retourner pour un bivouac dans le but de m'immerger pleinement dans la nature et pour le plaisir de la photographie.
Lorsque j'arrivai aux lacs des Chéserys, il y avait déjà une dizaine de tentes installées. Je me trouvai une petite place sur un promontoir surplombant le lac supérieur, puis je montai mon bivouac. Les lacs des Chéserys m'offraient un panorama à nulle autre pareil sur tout le versant français du massif du Mont-Blanc. Un site incontournable, entre lacs et montagnes, pour tout amateur de photographies.

lacs-cheserys-01 ISO 400 17-55mm ƒ/13 1/30, filtre dégradé gris neutre, trépied
WGS 84 (latitude/longitude) 45°58'57.340"N 6°53'50.543"E

glacier d'Argentière, aiguilles de Chardonnet (3824 m) et d'Argentière (3901 m) au crépuscule

lacs-cheserys-02 ISO 200 17-55mm ƒ/11 25s, trépied, photo recadrée
WGS 84 (latitude/longitude) 45°58'57.340"N 6°53'50.543"E

Mer de Glace et aiguilles de Chamonix une heure après le crépuscule

lacs-cheserys-03 ISO 400 17-55mm ƒ/11 321s, trépied
WGS 84 (latitude/longitude) 45°58'57.340"N 6°53'50.543"E

Mont Blanc (4808 m) cotonneux et lumières de Chamonix (1037 m)

lacs-cheserys-04 ISO 400 17-55mm ƒ/16 13s, trépied, 7 photos verticales assemblées
WGS 84 (latitude/longitude) 45°58'57.340"N 6°53'50.543"E

massif du Mont-Blanc (4808 m) et son reflet dans le lac supérieur des Chéserys (Pt. 2211 m) peu avant l'aube